Tu sais,
Je n’ai pas fait exprès de te détester
ça s’est fait comme ça
De fil en aiguille
Je ne m’en suis pas rendue compte
J’étais une enfant
Je n’ai pas pu faire autrement
Je suis désolée
Tu peux me croire
Si j’avais pu
Je n’aurais pas laissé faire
J’aurais dit NON
J’aurais dit STOP
Mais j’étais une enfant
Je n’ai pas pu faire autrement
Sinon, j’aurais été éjectée du clan
C’était une question de survie
Alors j’ai dit oui
Tristesse
*
C’est tellement insidieux
La façon dont ça s’immisce
Toutes ces croyances
Toute cette haine
Du corps
De toi
J’ai tellement entendu
– Qu’il fallait être comme ci et comme ça
Pour être désirée, aimée
– Qu’il fallait manger ci ou ça
Pour être en bonne santé
– Qu’il fallait beaucoup travailler
Ne pas se poser, ne pas rêvasser
S’user jusqu’à l’os
– Se tenir bien droit
Ex cetera
Et surtout
Surtout
Ne pas se poser trop de questions
Ah ah !
*
Au secours ! Je n’arrive plus à respirer !
Ah ça ! Combien de fois tu as failli étouffer !
Je me souviens
J’ai cru mourir
*
J’ai appris à faire comme ça
A te malmener, ne pas t’écouter
A faire ce qu’il FALLAIT faire
A écouter les infos extérieures
Au lieu de sentir à l’intérieur
Que de peurs, que de douleurs !
J’ai voulu te contrôler
Je t’ai fait la guerre !
J’ai lutté contre toi
Contre la faim
Contre la satiété
Contre le repos
Contre mes élans
Contre ma nature
Et tout ça pour quoi ?
Pour répondre aux attentes des autres
Et ne surtout pas les déranger
Pour avoir une place
Dans ma famille, la société
Me sentir aimée
*
Oui, sauf que ça n’a pas fonctionné…
Pour moi, ça n’a pas fonctionné
Parce que jamais, jamais
A aucun moment
Je ne me suis sentie à ma place
En faisant comme ça
Et jamais, jamais
A aucun moment
Je ne me suis sentie
Profondément heureuse, épanouie
En accord avec moi-même
Bien dans moi
Bien dans toi,
Mon corps
*
Alors heureusement
De fil en aiguille
J’ai détricoté
Et re-tricoté un jour nouveau
ça a pris du temps
J’ai appris
Appris à t’aimer
A prendre soin de toi
A sentir
A t’écouter
A me sentir bien dans toi
J’apprends encore,
Mais c’est déjà bien !
Oui, ça nécessite des efforts, encore
Mais c’est déjà bien !
Et aujourd’hui
C’est différent
Je peux dire que je t’aime
Que tu es mon ami, ma maison, mon poème
Que je tiens à toi
Que je vise l’Unité
Avec toi
Toi et moi
Alliés, amis, unis
Pour la vie
Je souris

 

Auteure : Isabelle Dinckel

Vous aimez ce poème ?
Vous aimez ces thèmes de l’authenticité, de la libération, de la réalisation et du bonheur ?
Rejoignez-moi sur ma page Facebook « Le temps d’être soi »
Vous y trouverez :
– toutes mes créations, sources d’inspiration ;
– l’actualité des stages que je propose ;
– des bonus 🙂
Je vous y retrouverai avec joie !