fbpx
Informations et Rendez-vous : 06 75 06 04 25 - Isabelle Dinckel - Gestalt - stages

CO-CRÉER / CONSTRUIRE ENSEMBLE
UN PAS DE PLUS VERS UNE VIE COMMUNE HEUREUSE ET HARMONIEUSE !

Dans la vie, on a de nombreuses occasions de créer ensemble, chaque jour. Que ce soit en famille, avec les amis, au travail, dans une association, etc. De nombreuses occasions de déployer nos créativités et de mettre nos ressources en commun. C’est le potentiel que la vie nous offre. Et en même temps, on n’en jouit pas à chaque fois. Certaines personnes vont saisir ces occasions, la plupart du temps et vivre, en général, des relations harmonieuses et paisibles. D’autres vont passer à côté sans les voir, la majeure partie de leur temps, et vivre régulièrement des conflits, des disputes, des frustrations, des tensions.
Comment se fait-il que certaines personnes soient réceptives aux occasions de co-créer et d’autres pas ?
Il y a diverses raisons possibles. Voici deux exemples :

– Les croyances limitatives : Alice et Julien travaillent dans une agence de pub. Ils doivent créer une publicité ensemble. Ils échangent et ont des idées très différentes. L’idée d’Alice est bonne. L’idée de Julien est bonne. Elles sont juste différentes. Alice a une croyance inconsciente, très ancrée en elle, du style « Je suis la meilleure ». Elle va avoir du mal à accepter, et même à vraiment écouter l’idée de son collègue. Si Julien a le même genre de croyance, il va y avoir un genre de combat, chacun va essayer de convaincre l’autre que son idée est la meilleure. L’ambiance sera tendue, voire très tendue. Et la créativité n’aura pas de place. Si Julien a une croyance opposée, et très ancrée, du genre « Je suis nul », Alice prendra le dessus et son idée sera retenue, au détriment de celle de Julien. De plus, il y a de grandes chances que, même si Julien ne dit rien, il se sente frustré, dévalorisé, et peut-être triste et/ou en colère. Alice se sentira exister, mais son expérience ne sera pas pleine, car elle se fera au détriment de l’autre. Elle ne vivra pas le bonheur de la co-création.
Si chacun des deux partenaire a conscience de sa croyance et l’a transformé en une croyance positive, Alice et Julien vont probablement parvenir à éviter de jouer le jeu de ces croyances, et vont pourvoir adopter un nouveau comportement. Du coup, le mariage des deux idées créatives devient possible et il y a des chances qu’il soit très riche et créatif.

– Le refus (ou non-acceptation) de l’altérité : L’autre est un autre, et ce n’est pas toujours facile à accepter. Brice et Chloé sont en couple. Le soir, Chloé rentre du travail en pleine forme. Elle aime son travail. Il la nourrit. Elle est pleine d’énergie. Elle a hâte de retrouver Brice et de passer la soirée avec lui, échanger, discuter, rigoler. Quand ils se retrouvent, elle veut qu’ils passent le reste de la journée ensemble. Mais Brice n’est pas motivé. Il est distant. Chloé ne comprend pas pourquoi Brice n’a pas envie de partager ce moment avec elle. Car, elle, en a très envie. Elle n’a pas conscience que Brice vit les choses différemment. S’ils arrivent à en parler, Brice va lui expliquer qu’en fait il a bien envie de partager du temps avec Chloé, mais il est épuisé de sa journée et n’arrive pas à être disponible. Chloé ne comprend pas. Elle, elle est toujours en pleine forme, même le soir. Dans sa famille d’origine, c’était comme ça. Tout le monde avait toujours la patate. Elle ne comprend pas que ça puisse être différent pour Brice. A tel point qu’elle a du mal à entendre et croire Brice, et pourrait même imaginer qu’il lui ment pour éviter le contact, surtout si elle a une croyance du genre « les hommes sont des menteurs » ou « je ne suis pas aimable ». De ce manque d’écoute et d’acceptation peut naître de terribles conflits… Alors que si Chloé écoute, comprend et accueille Brice dans sa différence, ils pourront trouver ensemble une solution. Par exemple : Brice se prendrait un temps pour lui, un sas entre le travail et la vie de couple. Un moment pour lui, pour se ressourcer. Et une fois ressourcé, il pourrait partager de beaux moments avec Chloé. Ça pourrait être aussi : Chloé lui offre un massage relaxant de temps en temps.

En impro et en Gestalt, on part du principe que tout est possible.
On peut créer ensemble, que nos idées soient proches ou éloignées. Bien sûr, plus c’est éloigné et plus ça demande de  l’imagination, surtout au départ ! Et en même temps, parfois, c’est étonnamment plus porteur et créatif !

Voici un exemple improvistique : en impro, on se retrouve parfois sur scène, à deux comédiens qui n’ont rien préparé, et qui doivent créer, ensemble, dans l’instant, un moment de théâtre.
Imaginons que Pierre commence à jouer un pilote d’avion en plein vol. Parallèlement, Marie commence à jouer une danseuse étoile en train de s’entraîner. A première vue, on peut se dire : « Han… mal barrés ! ». Et le fait est que si l’un des deux refuse l’univers de l’autre, oui, effectivement, il n’y aura pas de vraie rencontre, et donc pas de magie théâtrale. Parce que l’un des deux (ou les deux) sera dans le refus de la proposition de l’autre. Et rien ne pourra vraiment naître de cela. L’impro va ramer, s’embourber.
Mais si les deux sont bien à l’écoute l’un de l’autre, comprennent et acceptent entièrement l’univers de l’autre, alors ils vont pouvoir créer un univers commun, riche des deux univers. Peut-être que le personnage de Pierre est le pilote privé de la danseuse étoile. Ou alors la danseuse s’entraîne sur la piste de décollage et gène le pilote, c’est peut-être sa fille qui veut absolument que son père assiste à son ballet. Ou encore, le personne de Pierre pilote la danseuse (un peu comme Goldorak), etc. L’imaginaire n’a pas de limite, et quand les deux comédiens sont bien connectés, on assiste à de véritables perles improvistique.

Dans la vie, il est également possible, la majorité du temps, d’accorder nos idées, besoins, envies et nos désirs.
Plus les objectifs de chacun, les besoins, les désirs son conscients et clairs, et plus la solution est facile à trouver.
En impro, si un comédien propose quelque chose de flou et qu’on ne comprend pas ce qu’est son personnage, ni ce qu’il fait, ça va être difficile de construire quelque chose… Dans la vie, c’est pareil. Si une personne n’est pas au clair sur ce qu’elle veut, ça va être plus complexe de co-créer.
Plus c’est clair, et plus on peut trouver un terrain commun, un terrain fertile et y faire pousser une belle plante commune, voire même un beau jardin !

Auteure : Isabelle Dinckel

Vous aimez cet article ?
Vous aimez ces thèmes de l’authenticité, de la libération, de la réalisation et du bonheur ?
Rejoignez-moi sur ma page Facebook « Le temps d’être soi »
Vous y trouverez :
– toutes mes créations, sources d’inspiration ;
– l’actualité des stages que je propose ;
– des bonus 🙂
Je vous y retrouverai avec joie !